Scootentole Amazon.fr

Forums de discussions sur les Scooters classiques et vintages...

Modérateur : sorcerer

Avatar de l’utilisateur
par dams Niveau
#56768
ET ca se trouve ou cette petite merveille??? :D


Avatar de l’utilisateur
par dams Niveau
#56769
:D Cool, j me cite tout seul maintenant :D

Sinon, j voulais demander, il se trouve ou ce magazine,c est un magazine non?


Avatar de l’utilisateur
par Le Prim Niveau
#56850
N'importe quelle Maison de la Presse, 4€ le numéro...
Ya juste deux pages sur la Vespa, avec des fautes, mais il y a aussi le Cap, Marseille...


Avatar de l’utilisateur
par Mooglie Niveau
#57068
Et du design... :)


Avatar de l’utilisateur
par rudeboy Niveau
#76805
Encore un article sur les vespas, cette fois ds un mag -pour les jeunes qui n'en veulent- que je recois au taf avec en bonus une interview de Philipe des années scooter!

[ image externe ]


désolé pour le scann à l'appareil photo.

Bon au final ca ressemble à un publi communiqué pour le nouveau GTS!


Avatar de l’utilisateur
par Pinith Niveau
#76830
yeahhh la photo de bogosse :D


Avatar de l’utilisateur
par primaben Niveau
#76842
je vois pas bien ou ca mene tout ca!! ca devient pathetique ce besoin de reconnaissance............................. :shock: :shock: :shock: :shock: :shock: :shock: :shock: :shock: :shock: :shock: :shock: :shock:


Avatar de l’utilisateur
par Rudy Niveau
#76886
Ce qui me fait marrer, c'est qu'on en parle et, dans un sens, ça fait plaisir mais indirectement :
- ça fait monter la côte des scoots,
- ça fait des envieux,
- Hypothalamus vend ses PLVs de Zidane la peau du cul,
- ça risque de faire augmenter les vols,
- les Bobos (ou Newbies, as you wish) qui lisent ça partent en quète d'un vieux scoot,
- etc...

LAISSEZ-NOUS TRANQUILLES !




:rire:


Avatar de l’utilisateur
par yomgaille Niveau
#76910
C'est clair, le mec qui lit ça il comprend qu'un ACMA ça vaut 3800 roros... Après c'est la porte ouverte à toutes les fenêtres !


Avatar de l’utilisateur
par GRISBI Niveau
#76973
Completement d'accord avec RUDY!
Et ce phenomene n'est pas pret de se tasser,y'a qu'a regarder toutes les pubs qui sortent et qui ont toutes un scoot en tole dedans et je parle pas des gusses qui s'achetent une guepe pour faire mode. :twisted:
Depuis le mois d'aout j'arrete pas de me faire accoster aux feux dans paname pour savoir si je vend mon vieux PX et faut voir la tete de ceux qui demande ça!!!!!
Des qu'il faudra mettre les mains dans le moteur ça se calme grave :mrgreen:


Avatar de l’utilisateur
par Olivier Site Admin
#76975
D'un autre coté, nous sommes les premiers à pleurer l'arrêt de la production du PX :pas ma faute: , si ca pouvait avoir une influence ca serait pas mal :rire: , j'aime bien rêver des fois :mrgreen: ...
Olivier


Avatar de l’utilisateur
par yomgaille Niveau
#76981
Olivier a écrit :D'un autre coté, nous sommes les premiers à pleurer l'arrêt de la production du PX
Bof, la vraie question c'est pourquoi avoir arrêté la production du GS, du Sprint, du Prim, du V5A, etc...

Aujourd'hui c'est différent la seule chose qui pourrait sauver le PX c'est de lui coller un 4 temps puisqu'a priori il est arrêté pour des raisons de normes de pollution...

Sinon Grisbi a raison, 2 jeunes en survêtement sur un plastoc m'ont encore demandé l'autre jour si je vendais mon Prim (avec lequel je m'apprêtais à les fumer :twisted:).


Avatar de l’utilisateur
par SteveMcSprint Niveau
#77009
Depuis le mois d'aout j'arrete pas de me faire accoster aux feux dans paname
... Ouaip... l'aut' soir le gus qui me court après pour savoir si mon Pe200 orange... est facile à conduire... il hésitait avec un Gt (car plus facile à
conduire sans les vitesses Grrrrrrrr :roll: )
... les ptites racailles qui veulent me racheter mon Sprint (Cash!!)...

Steve McEuuLaissezMoiTranquilleuuh...


Avatar de l’utilisateur
par yomgaille Niveau
#77020
Haha je te vois bien en pourparlers avec des weshs :cool:
C'est ta boîte à shit chromée qui les fait kiffer...


Avatar de l’utilisateur
par SteveMcSprint Niveau
#77022
des weshs
C'est ta boîte à shit chromée qui les fait kiffer
... dit donc jeune impertinent... y'a pas de boite à shit... sur 1 Sprint !

Steve MctasPas1PtitBoulotANousFaire :cool: !!!


Avatar de l’utilisateur
par yomgaille Niveau
#77024
Ach, je savais que c'était pas sur le Sprint, je le savais :bleme: Enfin voilà c'était pour dire ma connerie, du boulot j'en ai je sais même plus pour qui :roll: D'ailleurs il faut que j'aille me coucher y a pas de week-end pour les braves...


Avatar de l’utilisateur
par Night Nurse Niveau
#77192
:oops:

hum le gtr (?) blanc à selle et poignées rouges.... c'est à qui?

déjà croisé une fois ou deux le matin sur le trajet taf... :shock:


par Invité 
#77216
euh, le lien est mort ... dommage :(


Avatar de l’utilisateur
par yomgaille Niveau
#77244
Night Nurse a écrit :hum le gtr (?) blanc à selle et poignées rouges.... c'est à qui?
En vente aux Années Scooter d'après la légende. :roll:


par DaWeeD Niveau
#77279
rudeboy a écrit :Encore un article sur les vespas, cette fois ds un mag -pour les jeunes qui n'en veulent- que je recois au taf avec en bonus une interview de Philipe des années scooter!

[ image externe ]


désolé pour le scann à l'appareil photo.

Bon au final ca ressemble à un publi communiqué pour le nouveau GTS!
putain mdr j'ai cette merde depuis jeudi dernier et j'avias mm pas vu!! lol


Avatar de l’utilisateur
par romdu Niveau
#77299
arretez de vous plaindre, les mecs, c'est juste du bon boulot d'attaché de presse de Piaggio qui fait la promo du new LX en surfant l'histoire de la marque et la mode 60'/70', nostalgie et tutti quanti

c'est la même chose pour plein de produits en vente actuellement : la new mini, la new beettle, le new solex, les new Star Wars, le new Banania et les new fringues ds tous les sens (les Converse par exemple)

il y a aussi des gens que ça peut intéresser de s'informer sur les vieux scoots et comprendre d'où vient le nom Vespa...et puis quand vous avez bavé sur votre premier V5A à 14,5 ans, ya un paquet de mecs qui a dû se foutre de votre gueule en vous traitant de jeune prépubère boutonneux qui n'y connait rien et veut juste s'acheter un style et un look...

bref la boucle est bouclée, et ça n'est qu'une histoire d'éternel recommencement...
Dernière modification par romdu le lun. 19 sept. 2005, 10:52, modifié 1 fois.


Avatar de l’utilisateur
par Le Prim Niveau
#77312
Attendez les pubs pour la "new" Fiat Cinquecento !! On va en avoir de la nostalgie ;-)


Avatar de l’utilisateur
par nounours Niveau
#77713
"la digne héritière"... des héritières comme ça j'en fais tous les matins.


Avatar de l’utilisateur
par sorcerer Niveau
#128274
article de presse du journal suisse "24 heures" du 3 janvier 2006:

http://www.24heures.ch/ ou http://www.24heures.ch/vqhome/le_journa ... on=rc.html

La Vespa bourdonne depuis soixante ans

série Conçue par le constructeur aéronautique Piaggio, la Vespa a certainement sauvé son fabricant. Elle a été aussi le premier véhicule de masse dans l’Italie de l’après-guerre. Alerte sexagénaire, elle figure toujours au catalogue.

[ image externe ]La monture du peuple et des stars, le prince d’Italie Victor-Emmanuel en 1951 à Merlinge, près de Genève.

» Née en 1946, la Vespa est le chef-d'œuvre d'un ingénieur aéronautique méconnu, Corradino D'Ascanio. Elle a connu un succès fulgurant dans une Italie de l'après-guerre qui manquait de tout, avant de s'imposer jusque dans le garage des stars. Après une éclipse relative dans les années 70 et 80, le renouveau du scooter a définitivement assis son constructeur Piaggio parmi les grands du deux-roues.

On raconte que l'ingénieur Corradino D'Ascanio aurait eu l'inspiration qui devait l'amener à concevoir la Vespa en contemplant un tas de roues d'avion dans les usines Piaggio à l'abandon en 1945. Vraie ou fausse, l'anecdote en dit long sur l'Italie de l'immédiat après-guerre. Un pays blessé, aux besoins immenses, aux infrastructures largement détruites et au potentiel industriel sévèrement entamé.

Comme tant d'autres, le premier constructeur aéronautique italien doit se reconvertir à la fin du conflit. Enrico Piaggio doit relever ses usines de Pontedera écrasées par les bombes et occuper un personnel désœuvré. Désireux de relancer la production d'avions, le patron juge prudent de se diversifier vers des articles de masse, susceptibles d'assurer l'assise financière du groupe. Dans un pays où les moyens de transport font largement défaut, le choix d'un deux-roues populaire répond à un besoin évident. Ce d'autant plus que l'Italie était réputée avant-guerre, avec ses Moto Guzzi et Gilera.

Réinventer la moto

Les débuts sont laborieux. Un premier modèle, le «Paperino» (Donald Duck en Italie), ne convainc guère Enrico Piaggio, qui confie le projet au «crack» maison, Corradino D'Ascanio. L'ingénieur aéronautique met à profit son inexpérience en la matière pour réinventer la moto. Ainsi les roues, fixées latéralement comme celles d'un avion ou d'une automobile, permettent d'éliminer fourche et bras oscillant traditionnels. De même, le châssis en tôles, formé sur les grosses presses de Pontedera, est plus proche de celui d'une voiture que du cadre d'une moto. Le moteur, placé à côté de la roue arrière, permet de dégager une plateforme abritée pour les jambes. Enfin, la carrosserie, avec ses lignes nettes et modernes, rompt avec le cambouis des motos de l'époque.

Lancée en 1946, la Vespa (guêpe) séduit immédiatement par son confort et sa propreté. Le poids de 60 kg et le changement de vitesses à la poignée facilitent la conduite. Certes, les performances sont modestes, avec un moteur deux-temps de 98 cm3 qui plafonne à 60 km/h. Mais l'engin est sobre comme un dromadaire: le réservoir de cinq litres assure une autonomie de 200 kilomètres. Capricieux aussi avec ses petites roues et son moteur latéral qui met 70% du poids à gauche. Des défauts qui deviendront flagrants en 1948 avec l'apparition de la version 125 cm3 . Sur ce point, la grande rivale, la Lambretta, marquera des points avec son moteur devant la roue arrière. La même année, Piaggio lance le triporteur Ape (abeille), cher au cœur de générations de petits artisans et commerçants.

A l'instar de Citroën avec sa Deux-chevaux, Piaggio multiplie les opérations marketing. Les Vespa participent à des épreuves de régularité. Une version «Sei Giorni» - pneus Pirelli «Z corsa», roue de secours sur le marchepied, dérouleur de carte et porte-paquet - est bichonnée avec amour. En 1951, la «Vespa da Record», carénée, atteint 171 km/h sur l'autoroute Rome-Ostie. Les nouveautés se suivent: side-car dès l'année suivante, moteur 150 cm3 pour la «Gran Sport», puis 200 cm3. Même les militaires s'y mettent, avec une version parachutable. Résultat: un million d'exemplaires construits jusqu'en 1956, trois millions en 1965.

Star à Hollywood

Le cinéma consacre la Vespa. Elle apparaît notamment dans Vacances à Rome (1953), la Dolce Vita (1959) ou plus récemment Caro Diario (1993). Nanni Moretti en fait d'ailleurs son logo. En Italie, la cause est entendue: les garçons qui ont des Vespa tombent les filles! Le succès ne se démentira pas jusqu'au début des années 70. C'est alors que les Japonais, et en premier lieu Honda avec sa 750 Four, inventent la moto propre et fiable. Les minets veulent jouer aux blousons noirs. Comme dans Tommy des Who, les mods sont en déroute.

Il faudra les embarras urbains des années 80, pour que les citadins et les pendulaires redécouvrent le scooter. Affrontant désormais la concurrence asiatique, Piaggio joue sur tous les fronts avec les marques Piaggio, Derbi, Aprilia, Gilera et Moto Guzzi: des petites cylindrées aux gros cubes. Quand à la guêpe sexagénaire, elle plane sur la vague rétro, mise au goût du jour par petites touches.

[ image externe ]


Avatar de l’utilisateur
par vespavenio Niveau
#128443
Bien sympa ce petit article qui honore les 60 ans de nos fidèles montures!! :applause:


Avatar de l’utilisateur
par MikeM Niveau
#128838
Merci d'en faire profiter la communauté Sorcerer !


Avatar de l’utilisateur
par sorcerer Niveau
#128855
http://www.360.ch/presse/2005/07/

Qui n’a pas sa yéyémobile?
Des filles et des garçons fermement accrochés au guidon de leur vespa, le menton volontaire et les cheveux au vent, pétaradant sur fond de rock’n roll. Nul autre objet que cette pétrolette à deux roues et au design émancipé n’a mieux incarné l’esprit d’après-guerre, cette génération avide d’une liberté et d’une insouciance retrouvées. En 2005, à une époque où les cycles économiques semblent s’étirer sans fin dans la morosité, le bon peuple se raccroche aux symboles qu’il peut. Alors qu’elle se bradait à bas prix dans les (encore insouciantes) années 80, voilà que la vespa, depuis quelques années, est redevenue objet nostalgique, machine à remonter le temps et à illusion de s’y promener dans de meilleurs. Pas étonnant dès lors que la moto des yéyés ait ses cultes et ses messes. Rien qu’en Suisse, on compte plus d’une vingtaine de clubs de fans de vespa, dont celui de Genève qui organisait en mai dernier dans sa ville un grand raout international. Si les puristes roulent en vraie vieille vespa des années 50, les constructeurs ne manquent pas de ressortir des modèles aux courbes d’époque pour satisfaire la demande vintage. Alors cet été bien sûr, on enfourche l’engin pour partir en pique-nique, avec transistor et nappe à carreaux vichy.


Avatar de l’utilisateur
par tetedechien Niveau
#174620
tu l'a trouvé en kiosque ? c'est une reedition, un best of ?


  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 7